Tout d’abord, je tiens à préciser que c’est en tant que grande fan d’Harry Potter que j’écris cet article et ce depuis que j’ai environ 9 ans, soit plus de la moitié de ma vie :D.

Je suis toujours aussi amoureuse de cet univers, et ce film m’en a fait une nouvelle fois retomber amoureuse. Je m’explique, comme peut-être certains d’entre vous j’ai lu Harry Potter and the Cursed Child (ouais je l’ai lu en anglais, alors je me la pète en plus de ça !) dès sa sortie et je suis restée sceptique. J’étais certes des plus heureuses de retrouver cet univers que j’aime tant, de découvrir la suite des aventures et ce qu’il était advenu de ces personnages avec lesquels j’ai si l’on peut dire grandi. MAIS, à mon grand damn, le scénario était pour moi plus du fan-service qu’autre chose. OK, c’est sympa de nous ressortir tous ces persos qui sont morts au cours de la saga, mais un peu WTF (What the Fuck pour les intimes) quand même.
[Spoiler] La fille de Voldemort et Bellatrix ?! Seriously ? [/Spoiler]

Bref ! Revenons au but de cet article, Les Animaux Fantastiques (ou Fantastic Beasts pour les puristes) !

Un petit topo sur l’histoire peut-être ? Pour faire simple, si vous avez vu la saga originelle et que vous avez un peu suivi, les étudiants de Poudlard ont le livre de Norbert Dragonneau (Newt Scamender en VO) pour l’étude des animaux fantastiques. Eh bien voilà, ce film a pour personnage principal ce Monsieur, un sorcier renvoyé de Poudlard qui débarque en Amérique avec une valise remplie de ces animaux fantastiques. Malheureusement sa valise se retrouve échangée avec celle d’un Moldu (Muggle ou No-Maj’ comme vous préférez) qui en libère quelques-unes. S’en suit une rencontre avec deux soeurs travaillant à l’équivalent du ministère de la Magie d’Amérique pour récupérer ces petites bêtes.

J’étais à la fois impatiente de retrouver sur un écran cet univers, mais j’avais en même temps très peur d’être déçue. C’est donc dans un état d’esprit partagé que je me suis rendue à l’avant-première en VOST 3D. La salle était remplie de Potterhead assez étrangement ! Et c’est des plus heureuses et enthousiasmée que j’en suis ressortie. Waouh ! Une grosse claque à laquelle je ne m’attendais pas je dois avouer. Faut dire la saga originelle, j’avais peu de suspens en allant voir les films étant donné que j’avais lu les bouquins. Là, grosse différence ! L’histoire et le scénario étaient pour moi totalement inédits, et ça, ça change tout.

Ce qu’il y a de bien avec ce film, c’est que contrairement à ce que l’on pourrait penser, il est loin d’être exclusivement destiné aux fans de HP. Aucun besoin de connaître l’univers de base pour voir et apprécier le film.

Pour les vrais fans, les Potterheads, c’est assez extraordinaire, j’étais tout au long du film en mode « oh mon Dieu, ils ont fait çaaaa ». Sans spoiler, vraiment, ce film est extra qu’on soit fan ou non.

La qualité visuelle est vraiment belle, particulièrement la fameuse scène Inside the case avec les animaux. Les acteurs sont bons, le choix est top. Eddie Redmayne est parfait en petit british associable (aahhh que je les aime ceux-là), Dan Fogler est très drôle dans son personnage, Ezra Miller, Colin Farrell et tous les autres jouent très bien également.

Pour la jeune adulte que je suis, c’était vraiment plaisant de retrouver son univers d’enfant transposé dans un univers plus sombre et plus adulte.

La Bande-Originale colle très bien au film, on retrouve le petit thème d’Harry Potter qui fait plaisir suivi de thèmes propres à cette nouvelle saga. Parce que oui évidemment, les producteurs ne vont pas s’arrêter en si bon chemin, cinq films ont été annoncés depuis la sortie de ce premier film. D’ailleurs la fin de ce premier volet montre bien l’introduction à une suite.

Allez c’est reparti pour deux ans d’attente d’ici là et en espérant que la suite soit aussi bien que ce premier volet !

Publicités